Dernières nouvelles

 

2e édition - École d'été 2016 à l'Université du Québec à Montréal (UQAM)

Du 16 au 20 mai 2016, se tiendra à l'UQAM une École d'été 2016 sur la réduction des impacts et la communication des risques météorologiques. Cliquez ici pour vous inscrire et visitez le site web pour la programmation! 

 

Un workshop sur le modèle hydrologique CEQUEAU à l'EMI de Rabat (Maroc)

Une formation, donnée par par des membres de l'INRS-ETE, sur le modèle hydrologique CEQUEAU a eu lieu les 28 et 29 janvier dernier à Rabat (Maroc). Le taux de participation était très élevé: 26 étudiants de l'École Mohammadia d'Ingénieurs ont pu bénéficier de cet atelier. Plus de détails sont disponibles ici

 

Franc succès pour le workshop "Sécurité publique & Santé publique" à Niamey (Niger)

24 personnes de divers horizons ont pris part à l'atelier, dont cinq chercheurs/collaborateurs du projet FACE. Les participants se sont dits satisfaits du contenu et surtout des connaissances acquises durant les deux journées. Le programme officiel ainsi que les présentations sont disponibles ici. Une vidéo est disponible ici.

 

------------------------------

Toutes les nouvelles sont disponibles ici.

Le projet FACE

 

Le projet FACE (Faire-face Aux Changements Ensemble) s’inscrit dans un vaste programme canadien en matière de changements climatiques (CC): l'Initiative de recherche internationale sur l’adaptation aux changements climatiques (IRIACC). L’IRIACC est administrée par le CRDI (Centre de recherches pour le développement international), cofinancée par le CRDI, les Instituts de recherche en santé du Canada, le CRSH (Conseil de recherches en sciences humaines) et le CRSNG (Conseil de recherches en sciences naturelles et génie) établissant une forme de collaboration unique en son genre tant au Canada qu’à l’étranger. Le projet FACE vise à apporter un appui concret pour l’adaptation des populations vulnérables face à la variabilité et aux changements climatiques au Canada, au Maroc et au Niger. Programmé sur cinq ans (de 2011 à 2016) et en trois thèmes, ce projet vise également à développer des outils afin d’améliorer la santé humaine, la viabilité et la résilience des systèmes naturels et humains et favoriser le transfert, l’intégration et l’application des connaissances en matière d’adaptation aux CC.

 

Les changements climatiques

Les changements climatiques sont aujourd’hui un phénomène incontournable auquel nous sommes tous confrontés. À l’échelle locale, certains subissent déjà des inondations catastrophiques tandis que d’autres font face à des feux de forêt spectaculaires provoqués par des températures records. Les étés caniculaires et des hivers sans neige se multiplient. Dans certaines régions du monde, les saisons s’estompent de plus en plus. Même si on ne peut pas conclure que l’ensemble de ces événements météorologiques à forts impacts, qui se sont produits au cours des dernières années est nécessairement dû aux CC, les évidences s’accumulent pour montrer que les extrêmes ont changé sous l’effet d'influences anthropiques, notamment une augmentation des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre au cours des dernières décennies (IPCC, 2011). Face à ces évènements, les scientifiques ont très vite compris l’importance d’avoir une bonne communication afin de générer une certaine prise de conscience collective et de ce fait, mieux guider la société au travers d’enjeux qu’elle ne peut contrôler. La vulgarisation des données scientifiques et leur transfert reste à l’heure actuelle une des seules armes réellement efficaces pour aider les populations à s’adapter à une déréglementation du climat toujours plus importante.

 

L’adaptation

Qu’entend-on par « adaptation » lorsque nous la situons dans un contexte de CC ? L’adaptation face aux CC peut être définie comme une réponse généralement naturelle (ou anthropique) de tout organisme face à un changement majeur de son environnement (mutation génétique importante, etc.) ou encore la conception et l’incorporation de mesures face à un stress causé par la déréglementation du climat afin d’en réduire les conséquences (Smit et Wandel, 2006 ; Pruneau et al., 2008). L’adaptation n’est pas forcément l’unique moyen de se préparer aux CC, mais elle devient un élément intéressant, voire indispensable, lorsqu’elle est intégrée dans les procédures de planification au niveau local, régional, national et international (IEG-World Bank, 2009).

logos_bas_0.jpg